IDmer - institut technique de développement des produits de la mer

Actus

L'actualité à la une

cp sensalg1

Sensalg.fr : Les algues gagnent l’agroalimentaire

Depuis le 1er juin 2020, le site sensalg.fr est en ligne. Son objectif ? Répondre à l’intérêt croissant des industries agroalimentaires et de leurs clients pour les algues en s’appuyant sur la compétence des 5 centres techniques bretons des filières agricoles, aquacoles et agroalimentaires réunis sous la bannière ACT food Bretagne. Avec ses atouts fonctionnels, nutritionnels, sensoriels et culinaires cette ressource a des arguments à faire valoir !

Depuis quelques jours, les chefs d’entreprises, responsables R&D et marketing du secteur de l’agroalimentaire peuvent désormais accéder à une plateforme web ressource pour imaginer et s’engager vers de nouvelles pistes de développement de leur activité autour de l’algue. « Crues, cuites, en complément alimentaire ou texturant naturel : les algues alimentaires offrent de nouvelles opportunités d’applications, explique Jean-Yves Thébaudin, directeur d’ACT food Bretagne et porteur du projet. Les entreprises de l’agroalimentaire n’ont plus de temps à perdre et mettent aujourd’hui tout en œuvre pour répondre aux nouvelles demandes des consommateurs qui exigent de nouvelles solutions alimentaires clean label, respectueuses de leur santé et en adéquation avec la préservation de l’environnement. Bref, des solutions bonnes pour soi et bonnes pour la planète ! » Dans le même temps, il faut se conformer aux nécessaires obligations réglementaires de sécurité sanitaire, répondre aux contraintes techniques de fabrication et satisfaire les exigences culinaires et sensorielles. C’est pour aider et accompagner les fabricants lors de chacune de ces étapes que la plateforme Sensalg’ a été créée avec le soutien de la DRAAF[1] et du Conseil régional de Bretagne.

Une histoire de femmes

Pour animer ce site Sensalg’, autour d’Hélène Marfaing, ingénieure agronome, cheffe de projet agro-alimentaire au CEVA[1], on retrouve cinq expertes scientifiques. Eh oui, il n’y a que des femmes ! Elles viennent des centres techniques bretons spécialisés dans la culture et l’agroalimentaire : ADRIA, IDmer, Vegenov, ZOOPOLE développement et le Centre Culinaire Contemporain. Ensemble, elles animent désormais cette plateforme numérique en proposant des articles, mais aussi des ateliers pratiques ou encore des formations en ligne. « Nous souhaitons également proposer des projets participatifs pour que les entreprises présentes puissent mutualiser les travaux de recherche », complète Hélène Marfaing. « La filière algues a un potentiel considérable. »

Multiplier les adhésions

Si l’accès au site est gratuit, certains contenus nécessitent une adhésion, notamment pour les articles scientifiques les plus pointus et les données d’intérêt économique. Les tarifs sont fonction de la taille de l’entreprise. « Proposer des contenus de qualité a un coût. Mais nous avons fait en sorte que celui-ci soit tout à fait modeste et accessible à l’ensemble des acteurs de la filière », explique Jean-Yves Thébaudin. Ainsi, pour une société de plus de 50 salariés, il en coutera 800 € par an et seulement 200 € pour les sociétés de moins de 10 salariés. De plus, précisons qu’une adhésion permet d’ouvrir un compte à chacun de ses collaborateurs.
Mais adhérer à l’offre Sensalg’, c’est aussi entrer dans un réseau qui a compris que les algues allaient avoir une place dans leur politique d’innovation dans les années à venir. Philippe Chancerel, directeur scientifique au sein du groupe Jean Hénaff et de GlobeXplore ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme : « En tant qu’entreprise Finistérienne pionnière des algues alimentaires et des spécialités à base d’algues, intégrer le projet Sensalg’ était pour nous une évidence. » Nul doute que son exemple sera suivi.

 

Contact presse : 

Sensalg’ – Cédric DESSAINT Tél. : 06 27 62 04 82 info@sensalg.fr https://www.sensalg.fr/ https://twitter.com/Sensalg

 

[1] Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Bretagne.

[2] Centre d’Etude et de Valorisation des Algues

08 juin 2020
Lire la suite

Actualité et publication

Agroalimentaire IDmer

Tendances alimentaires 2019-2020

Les grandes tendances :

On constate que la notion du temps s’est modifiée dans l’esprit des consommateurs ; le gain de temps est devenu primordial, le rythme de vie s’accélère. Le temps consacré aux courses et la préparation des repas se réduit.

En conséquence, il y a un développement important de l’offre alimentaire en ligne, de plateformes de commandes, de frigos connectés … Cette offre est abondante et diversifiée. On trouve toutes les cuisines à portée de main et l’innovation produit est très présente. Le consommateur externalise donc son alimentation et ses valeurs auprès de chefs de services R&D…

Les influenceurs tels les applications Nutri-Score, Yuka, Nova … se développent. Ces applications vont guider le consommateur dans son acte d’achat en notant le produit scanné, en apportant des commentaires parfois néfastes pour les marques, les contraignant à reformuler les produits en réduisant ou en supprimant certains ingrédients de leurs recettes.

Le consommateur a beaucoup d’attentes vis-à-vis de son alimentation : cette dernière doit être nomade et en même temps « faite maison », saine et répondre aux leviers santé et mieux vieillir.

Le linéaire snacking est ultra dynamique avec des produits ayant un bénéfice : santé, ingrédient (super Food = goji, détox, nutrition…). De nouveaux moments de consommation se développent, comme les apéros dinatoires avec des produits innovants, gourmands et sains.

Les pratiques environnementales et sociales sont importantes pour le consommateur : moins d’emballages, produits bio, écoresponsables, avec la notion de cycle de vie, labels, circuits courts, manger local, développement d’applications et de pratiques anti-gaspillage avec par exemple : « too good to go » ou encore l’industriel « rebelle » qui commercialise des confitures à base de fruits déclassés de la grande distribution.

On observe qu’il y a une baisse de la consommation des protéines animales au profit des protéines végétales car ces dernières ont une image plus saine et plus durable auprès des consommateurs. De nouvelles protéines alternatives se développent tant dans le végétal (exemple les microalgues), que dans l’animal (les insectes) ou les sources synthétiques. Ces nouvelles sources devraient représenter 1/3 des protéines d’ici 2054 d’après certains experts.

 

Les contradictions dans les comportements des consommateurs :

  • Paradoxalement le consommateur est donc en attente de produits pratiques, à usage facile et sécuritaires, tout en remettant en question les produits ultra transformés et en ayant peur de l’industrie. Les liens entre le consommateur, l’industrie et l’agriculture se distendent entrainant des incompréhensions et des décalages de perception. L’influence des médias est capitale sur ce point , comme exemple la crise de la viande.
  • Ainsi le consommateur est dans l’attente de produits sains et naturels. Pourtant dans les faits les meilleurs lancements produits de ces 3 dernières années sont 3 produits Ferrero riches en graisses et sucres et ultra transformés !
  • De plus, on note que c’est le prix d’achat qui influence en premier l’acte d’achat des aliments, prenons en pour exemple les émeutes dans les grandes surfaces pour le Nutella à -70%, alors qu’on a une fois encore affaire à un produit ultra transformé, gras et sucré. (Etude en ligne via l’Access Panel Harris Interactive / Tolunaen septembre 2019)

 

Mars 2020 : Covid19, bouleversement des tendances de consommation et impact sur l’industrie :

La consommation alimentaire a fait un bon de plus de 30% après le démarrage du confinement. Dans un premier temps, les produits alimentaires ciblés étaient majoritairement de base et pouvant être stockés, ce qui a eu pour conséquence de désorganiser les rayons et de faire tourner les entreprises agroalimentaires à plein régime.

Puis, les consommateurs ont rationalisé leurs approvisionnements en achetant le nécessaire et en établissant de nouvelles normes.

Les français privilégient les circuits courts de distribution à proximité de chez eux, et les « réassorts » en drive (e-commerce). Cette dernière solution rencontre des difficultés techniques liées à l’explosion de la demande.

Les produits bio rassurent dans ce contexte de crise sanitaire, leur image est associée au local, et au naturel, les ventes progressent dans ce secteur.

Les entreprises spécialisées dans la restauration hors foyer subissent de plein fouet la fermeture des cantines et restaurants.

Le trop plein de lait a été réorienté vers la fabrication de poudre de lait et de beurre, la consommation de viande a chuté, et les vendeurs de fruits et légumes souffrent de la fermeture des marchés. On assiste à une déconsommation des produits frais.

A l’inverse la vente des produits surgelés a progressé de +55 à +81% en mars (données cabinet IRI). Les français préfèrent réduire la fréquence de leurs déplacements en magasin.

Ainsi en cette période de crise sanitaire les consommateurs ont plus que jamais besoin d’être rassurés par des produits locaux avec un circuit de distribution court, bio, naturels, innovants …

 

IDmer s’inscrit dans ces tendances et vous propose des formulations à façon de produits gourmands, sains et originaux, prêts à déguster pour tous les moments de consommation.

 

Murielle Fretigny – Ingénieur R&D Agro

 

 

 

25 mai 2020
Lire la suite
CFIA-Rennes-2020